IHPE – ABI KHALIL Célina *

SITUATION ACTUELLE Clinical & regulatory affairs chez BIOM’UP
SITUATION A L’IHPE ; Doctorante 2013-2016
ENCADRANTS : Jean-Luc ROLLAND & Mohamed LAABIR
RESEAUX SOCIAUX SCIENTIFIQUES (cliquer sur le logo)     
 TITRE DE THESE (soutenue le 15 novembre 2016):
Effets apoptotiques du dinoflagellé Alexandrium catenella et de ses toxines sur les cellules immunitaires de l’huître creuse Crassostrea gigas. Implications dans la susceptibilité de l’huître aux vibrioses.
MOTS CLES :
Interactions micro-algue toxique/huître/pathogène, apoptose, réponses immunitaires, mortalité
RESUME DE THESE :
En France, les sites ostréicoles de la méditerranée sont confrontés régulièrement à de fortes
mortalités de juvéniles de Crassostrea gigas mais également à des efflorescences récurrentes du
dinoflagellé producteur de toxines paralysantes (PSTs), Alexandrium catenella. Parmi les
pathogènes associés de manière récurrente à ces mortalités, on retrouve des souches de Vibrio
appartenant au clade Splendidus. Nous nous intéressons ici aux interactions entre A. catenella et
l’huître C. gigas confrontée à des vibrios pathogènes. Dans une première partie, nous avons
montré qu’en conditions expérimentales contrôlées, A. catenella augmentait la sensibilité de
l’huître C. gigas au pathogène Vibrio tasmaniensis LGP32. In situ, nous avons également
constaté la coïncidence entre la mortalité des huîtres en 2014 et la présence des PSTs dans leurs
tissus. Dans une seconde partie, nous avons étudié les interactions entre les PSTs produites par A.
catenella et les cellules immunitaires de l’huître, les hémocytes. Un résultat important de cette
thèse a été de montrer que la saxitoxine, une des toxines produites par A. catenella, se lie à des
structures granulaires présentes dans le cytoplasme des hémocytes de C. gigas et induit une mort
hémocytaire caspases-dépendante. Cette mort est indépendante de la production d’espèces
réactives de l’oxygène. Nous avons également démontré que la toxine majoritaire des cellules
d’A. catenella, la gonyautoxine 5, est la plus toxique sur les hémocytes de C. gigas. Parmi les
populations hémocytaires touchées, les hyalinocytes sont très sensibles à ce stress toxique. Les
hémocytes étant les cellules immunocompétentes de l’huître qui jouent le rôle central dans la
défense contre les infections, nous supposons que leur mort cellulaire induite par les PSTs
affecte négativement la défense des mollusques bivalves et explique l’augmentation de la
susceptibilité des huîtres à l’infection par Vibrio tasmaniensis LGP32 quand elles sont exposées
A. catenella.
ENSEIGNEMENT :
Institut Universitaire Technologique (IUT) de Montpellier- Département génie biologique
PUBLICATIONS A L’IHPE :  lien