IHPE – HUOT Camille

Camille-HIHPE UMR 5244
Université de Perpignan via Domitia
52 Avenue Paul Alduy
F-66860 Perpignan Cedex
Tel +33(0)4-68-66-20-50
Fax +33(0)4-68-66-22-81
email : camille.huot@etudiant.univ-perp.fr
rond-GB
GRADE : Doctorante (télécharger le CV)
ENCADRANTS :  David DUVAL & Eve TOULZA
EQUIPE: ECOEVI
 SUJET DE THESE :
Caractérisation et rôle du microbiote dans l’interaction hôte/parasite, Biomphalaria glabrata et Schistosoma mansoni, agent responsable de la bilharziose
MOTS CLES :
Biomphalaria glabrata / Schistosoma mansoni / microbiote / interactions / holobionte
PROJET DE THESE :
Dans l’interaction entre B. glabrata et S. mansoni, chaque espèce constitue un environnement en perpétuel changement auquel son opposant doit d’adapter.
Jusqu’ici, les recherches sur la caractérisation de cette dynamique co-évolutive se sont focalisées sur la réponse immunitaire du mollusque face au parasite, ainsi qu’à la recherche de facteurs d’infectivité du parasite lui permettant de contourner les défenses de son hôte. Cependant, des facteurs environnementaux biotiques et abiotiques peuvent également influencer cette interaction. Dans certains systèmes, les interactions hôte/parasite dépendent des communautés microbiennes qui leur sont propres (microbiote), et chaque organisme doit alors être considéré en tant que méta-organisme ou holobionte.
En effet, le microbiote peut remplir plusieurs fonctions physiologiques (digestion, reproduction…) mais peut également être impliqué dans la réponse immunitaire. Ainsi, afin de mieux comprendre l’interaction entre un hôte et son parasite, il est important de considérer l’hôte en tant qu’holobionte. La première étape de ma thèse sera donc de caractériser les différentes communautés microbiennes à l’aide de marqueurs spécifiques (métabarcoding 16S pour les bactéries et 18S pour les eucaryotes) et non-spécifiques (métagénomique virale). Puis, j’étudierai la dynamique du microbiote au cours d’une infestation et enfin, son rôle dans le phénotype de compatibilité du mollusque (capacité du parasite à se développer dans son hôte).
CURSUS :
2015-2016 : Master 2 Biologie Ecologie Evolution, Université de Poitiers (mention B)
2014-2015 : Master 1 Ecologie et Biologie des Populations, Université de Poitiers (mention AB)
2010-2014 : Licence Ecologie et Biologie des Organismes, Université de Poitiers
2009 : Baccalauréat général Scientifique option Sciences de la Vie et de la Terre (Montmorillon, 86)