IHPE – LASICA Chrystelle

IHPE UMR 5244
Université de Perpignan via Domitia
52 Avenue Paul Alduy
F-66860 Perpignan Cedex
Tel +33(0)4-68-66-20-50
Fax +33(0)4-68-66-22-81
email : chrystelle.lasica@univ-perp.fr

GRADE : Doctorante
ENCADRANTS : Hélène MONE
EQUIPE: TREV

RESEAUX SOCIAUX SCIENTIFIQUES:

OrcidResearcher ID
et Publons
ID-HAL
ou CV-HAL
Research GateScopus
Preview
AcademiaGoogle ScholarLinked InTwitter
----Lien----

SUJET DE THESE :
Contrôle du rythme circadien des schistosomes, parasites de l’Homme aux portes de l’Occitanie

MOTS CLES :
chronobiologie, Schistosoma mansoni, génétique, épigénétique, transcriptomique

PROJET DE THESE :
Ce projet vise à analyser les bases de la chronobiologie de l’émission des cercaires chez les schistosomes, ce qui pourra permettre de comprendre les facteurs qui influent sur la transmission des parasites et qui sera d’un intérêt central pour la communauté de la santé publique et de la recherche en biologie évolutive.
Le projet se développera selon quatre objectifs.
L’objectif 1 utilisera des outils épigénomiques pour identifier les régions du génome et les gènes candidats tout au long du rythme circadien de l’émission des cercaires. Nous avons déjà trouvé des différences d’acétylation pour deux positions d’acides aminés d’histone H3 (H3K9 et H3K14) dans 107 régions génomiques pour la souche nocturne entre l’heure du pic d’émission et une période sans émission.
L’objectif 2 utilisera le RNAseq pour examiner les rythmes d’expression des gènes des parasites nocturne et diurne à travers des cycles de 12hr lumière/12 hr obscurité, et pour étudier les voies métaboliques qui sous tendent la libération des cercaires.
L’objectif 3 exploitera les résultats déjà bien avancés en terme de génomique afin de tester leur application sur d’autres souches et espèces, notamment celles trouvées en Corse.
L’objectif 4 sera d’établir un set de marqueurs robustes du rythme circadien chez les schistosomes basé sur les résultats obtenus à partir des objectifs 1-3 afin de proposer un contrôle rapide et efficace dans les zones émergentes de la maladie. Cela permettra ainsi de définir des recommandations adaptées afin d’organiser et minimiser les contacts aquatiques avec les larves infectantes dans ces régions.

CURSUS:
2018- Doctorat
2017 Master « Interactions Microorganismes Hôtes Environnements » à l’Université de Montpellier (UM)
2015 Licence Biologie spécialité Microbiologie à l’Université de Montpellier (UM)
2011-2012 PACES (Première année commune aux études de santé) à la faculté de pharmacie de Montpellier
2010 Baccalauréat S, spécialité Science de la vie et de la terre, obtenu au lycée Notre dame de La Merci (Montpellier)