IHPE – LASSALLE Damien

IHPE UMR 5244
Université de Perpignan via Domitia
52 Avenue Paul Alduy
F-66860 Perpignan Cedex
Tel +33(0)4-68-66-20-50
Fax +33(0)4-68-66-22-81
email : damien.lassalle@univ-perp.fr
rond-GB
GRADE :Doctorant (CV français)
ENCADRANTS :Benjamin GOURBAL & David DUVAL
EQUIPE : ECOEVI
RESEAUX SOCIAUX SCIENTIFIQUES : (cliquer sur le logo) 
SUJET DE THESE :
Mécanisme d’action des Biomphalysines, de nouvelles cibles thérapeutiques contre la Bilharziose ?
MOTS CLES :
Bilharziose ; Biomphalysine ; Toxine ; Schistosoma mansoni ; Biomphalaria glabrata
PROJET DE THESE :
La bilharziose est une maladie touchant 230 millions de personnes dans le monde (source OMS). Cette parasitose est provoquée par le schistosome, un vers plat parasite, et notamment par Schistosoma mansoni, responsable de la bilharziose intestinale en Afrique et en Amérique tropicale. Avant de pénétrer dans l’organisme humain par la peau, ce parasite se développe chez un escargot d’eau douce, Biomphalaria glabrata, qui lui sert d’hôte intermédiaire. L’équipe Interactions Hôtes Pathogènes Environnements de l’Université de Perpignan a identifié pour la première fois une toxine produite par ce mollusque et capable de tuer le parasite. Nous avons caractérisé plus de vingt gènes apparentés à la famille des biomphalysines. Ces protéines constituent une famille à part entière qui d’un point de vue structural sont très proches. Cette thèse proposera donc d’étudier le rôle de ces différentes biomphalysines dans le contexte de l’interaction entre l’hôte et son parasite afin d’identifier de nouvelles stratégies de lutte et de contrôle de la maladie sur le terrain. Mais ce travail permettra également d’étudier le rôle de ces molécules sur d’autres pathogènes ou pathologies. En effet, certaines de ces protéines sont capables de se lier à différentes bactéries, à des levures ou à d’autres vers parasites du genre Echinostoma. Leurs activités antibactériennes, antifongiques ou antiparasitaires seront donc testées. Enfin, certaines toxines bactériennes appartenant à cette même famille sont capables de tuer des lignées de cellules tumorales tels que les cellules HeLa ou HEK. Etant donné que les biomphalysiens partagent des similarités structurales avec ces toxines, nous testerons également l’activité anti-tumorale des biomphalysines sur différentes lignées de cellules tumorales et ainsi exploiter ces molécules de défense immunitaire comme une nouvelle source de candidats médicamenteux
CURSUS :
2017 Diplôme d’Ingénieur en Biotechnologie
2014 Deug Biologie Ecologie
2010 Baccalauréat Série S
PUBLICATIONS A L’IHPE : lien