MIMM/Emergence/DIVERSIVIB

DIVERSIVIB

Caractérisation d’une nouvelle vibriose associée au syndrôme de mortalité massive des huîtres juvéniles

 

Politique de site Ifremer (2017-2018)
Coordinatrice : Delphine Destoumieux-Garzόn
Ce projet s’intéresse au syndrome des « mortalités estivales » qui affecte de manière dramatique les huîtres juvéniles et touche l’ensemble des côtes françaises à des saisons estivales en Atlantique et printanières/automnales en méditerranée, lorsque la température de l’eau entre dans une gamme de ~16-24°C. Alors que les pathogènes présents sur les côtes atlantiques sont aujourd’hui bien caractérisés (virus OsHV-1 µvar et bactéries de l’espèce V. crassostreae), nos travaux récents dans les zones conchylicoles méditerranéennes montrent la présence de virus OsHV-1 µvar mais une très faible prévalence de V. crassostreae dans les huîtres malades. A l’inverse, les mortalités se caractérisent par une abondance de vibrios du clade Harveyi lors des mortalités printanières et automnales. Ces vibrios n’ont pourtant été que rarement isolés lors des mortalités de juvéniles en Atlantique. Les vibrios apparentés à V. harveyi ont été associés à de nombreuses maladies en aquaculture. Il semble donc qu’il pourrait y avoir une diversité d’associations pathogènes impliquées dans les mortalités d’huîtres juvéniles qui touchent nos côtes. Ainsi, nous proposons dans ce projet de recherche de répondre aux questions suivantes. Le syndrome des « mortalités estivales » qui affecte les huîtres juvéniles a-t-il la même étiologie le long des côtes françaises ? Quelles sont les caractéristiques de la vibriose associée à ce syndrome en méditerranée ? Enfin, quels sont les mécanismes par lesquels des souches de V. harveyi colonisent les huîtres et expriment leur virulence induisant ainsi des mortalités de juvéniles ?
Partenaire 1 – Interactions Hôtes-Pathogènes-Environnements (UMR 5244 – Ifremer, CNRS, Université de Perpignan Via Domitia, Université de Montpellier) : Arnaud Lagorce, Philippe Haffner, Julien de Lorgeril, Guillaume Charrière, Caroline Montagnani, Jean-Luc Rolland, Etienne Robino, Léa-Lou Pamparé, Abi-Gail Delort,  Daniel Oyanedel-Trigo, Delphine Destoumieux-Garzón.
Partenaire 2 – Laboratoire De Biologie Intégrative Des Modèles Marins (UMR 8227). Unité Ifremer PFOM. Frédérique Le Roux, Maxime Bruto.
Partenaire 3 – Observatoire Océanologique de Banyuls (USR 3579 UPMC-CNRS, Laboratoire de Biodiversité et Biotechnologies Microbiennes). Raphael Lami, Didier Stien, Julia Baudart, Marion Soree.
Partenaire 4 – Institut des Biomolécules Max Mousseron (UMR 5247 Université de Montpellier, CNRS, ENSCM). Hervé Cottet
Partenaire 5 – Unité Ifremer SG2M/ LGPMM, La Tremblade : Marie-Agnès Travers
Partenaire 6 – Unité Ifremer PFOM/ UMR LEMAR, Brest : Bruno Petton