MIMM/Emergence/EN3VI

Environnemental Virulence of Vibrio (EN3VI)

Incitation liée à la politique de site Ifremer (2018-2019)

Coordinateur : Jean-Luc Rolland

Caractérisation de la virulence de la bactérie pathogène d’huîtres Vibrio tasmaniensis LGP 32, induite par le dinoflagellé Alexandrium pacificum (catenella)

Ce projet vise à décrypter les mécanismes de virulence du pathogène V. tasmaniensis LGP32 induits par le dinoflagellé́ A. pacificum. Depuis plusieurs années des événements épisodiques de mortalités massives d’huîtres juvéniles se produisent dans des proportions sans précédent sur les côtes françaises. Des souches de vibrios du clade Splendides sont retrouvées associées à ces mortalités de maniéré récurrente. Cependant, en conditions expérimentales au laboratoire, l’infection par balnéation de l’huître Crassostrea gigas par ces différents vibrios n’induit pas directement de mortalité́. Ces données permettent de penser qu’il existe d’autres facteurs biotiques ou abiotiques qui participent à la virulence des vibrios en conditions naturelles. Parmi ces facteurs, les interactions biotiques avec des micro-organismes du milieu naturel, absentes dans nos conditions expérimentales, restent encore peu explorées. Différentes espèces de vibrios sont connues pour leurs interactions particulières avec de nombreux micro-organismes planctoniques. Ces interactions allant de la prédation à l’acquisition de nutriments essentiels à leur croissance. Parmi les espèces pouvant représenter une source de nutriments, les micro- algues représentent une source d’apport d’éléments nutritifs potentiels utiles voir nécessaires à leur croissance notamment lors de la décomposition de ces algues au moment du déclin du bloom de micro- algues. Si cet effondrement brutal des populations phytoplanctoniques en particulier durant les périodes de forte abondance (bloom printanier) a été́ attribué aux virus, l’implication de certaines bactéries marines est également probable. Plusieurs études ont démontré des effets algicides de certains Vibrios sur des micro-algues dont certaines sont toxiques comme Skeletonema costatum, Heterosigma akashiwo, Chattonella marina, Gymnodinium catenatum et Alexandrium tamarense. Dans le cadre de travaux préliminaires, nous avons pu montrer pour la première fois que la micro- algue toxique A. pacificum, qui produit des efflorescences récurrentes dans la lagune de Thau, favorise la croissance et augmente la virulence du pathogène de l’huître V. tasmaniensis LGP32. Dans le projet EN3VI, nous chercherons à caractériser le rôle méconnu de cette interaction biotique, micro-algue/vibrio, dans la régulation de la virulence d’un pathogène V. tasmaniensis LGP32. Pour cela (i) nous caractériserons in vitro les mécanismes de virulence de LGP32 régulés par leurs interactions avec l’algue A. pacificum en prenant soin de placer nos expérimentations dans des conditions proches de celles rencontrées dans l’environnement et (ii) nous étudierons, in situ au cours de bloom d’A. pacificum, la régulation des facteurs de virulence de V. tasmaniensis LGP32 identifiés in vitro.