Offre stage Master 2

Sujet de stage : Rôle de l’effecteur EvpP du T6SS dans la cytotoxicité et la virulence du pathogène d’huitre Vibrio tasmaniensis LGP32

Description du stage :
Depuis une dizaine d’années nous étudions les mécanismes de virulence des vibrios pathogènes pour l’huître creuse Crassostrea gigas. Malgré de nombreuses approches globales in vivo, in vitro et in silico, la nature des effecteurs permettant la cytotoxicité des Vibrio tasmaniensis reste méconnue. Nous avons montré qu’un système de sécrétion T6SS codé sur le chromosome 1 de V. tasmaniensis LGP32 est essentiel pour la virulence de V. tasmaniensis. Nous nous sommes donc intéressés à caractériser les effecteurs toxiques qui sont sécrétés par ce système. Nous avons identifié un gène codant pour l’effecteur de T6SS EvpP, un effecteur non-VgrG et non-PAAR caractérisé chez le pathogène intracellulaire Edwardsiella tarda et qui est impliqué dans l’invasion cellulaire et l’inhibition de la réponse immunitaire de l’hôte dont il perturbe la pyroptose (Chen et al., 2017). De manière remarquable, des résultats préliminaires indiquent que l’inhibition des caspases avec du Z-VAD tend à retarder la cytotoxicité de LGP32. Comme la sous-unité effectrice caspase-1 active une voie de mort cellulaire pyroptotique, la mort cellulaire déclenchée par LGP32 pourrait impliquer le déclenchement de la pyroptose (Rubio, 2019). Afin de déterminer le rôle potentiel de EvpP dans la cytotoxicité et la virulence de LGP32, nous avons construit par échange allélique un mutant délété du gène evpP chez V. tasmaniensis LGP32. Nous avons phénotypé le mutant ΔevpP in vitro et in vivo. Nos résultats préliminaires indiquent que la suppression d’evpP induit une perte de cytotoxicité envers les cellules immunitaires de l’huître de LGP32 sans toutefois affecter la virulence in vivo.  Une étude plus approfondie du mutant ΔevpP, en particulier des tests de complémentation, est maintenant nécessaire pour confirmer nos résultats et déterminer le rôle de EvpP et/ou d’autres effecteurs T6SS dans la pathogenèse de LGP32. Il sera notamment essentiel de déterminer si et comment V. tasmaniensis EvpP interfère avec le mécanisme de pyroptose chez les hémocytes d’huître.  
Les objectifs du stages sont de :
1- Définir le rôle de l’effecteur du T6SS EvpP dans la virulence et la cytotoxicité de LGP32. Ceci en réalisant des expériences d’interactions et de biologie cellulaire in vitro et in vivo ainsi qu’en réalisant la complémentation fonctionnelle des souches mutées.   2- Rechercher d’autres effecteurs potentiels des T6SS de LGP32 en réalisant des analyses de génomique comparative et une mutagenèse dirigée pour réaliser des explorations fonctionnelles.  
3- Caractériser le mécanisme de mort cellulaire des hémocytes induite par LGP32 avec une attention particulière sur le mécanisme de la pyroptose. Un rôle potentiel du facteur EvpP sera recherché dans la perturbation de ces mécanismes.  
Responsable (s) de stage :

Delphine Destoumieux-Garzón, tel :04-67-14-46-25     e.mail : ddestoum@ifremer.fr Guillaume Charrière, tel : 04.67.14.40.17   e.mail : guillaume.charriere@umontpellier.fr  
Laboratoire d’Accueil et nom du Directeur :  
Laboratoire IHPE UMR 5244 – Directeur : Christoph Grunau  
Equipe d’Accueil :
Equipe TReV – Transmission Resistance et Virulence
Techniques qui seront principalement utilisées lors de ce stage :
-Microbiologie – Biologie cellulaire – Génétique bactérienne – Biologie moléculaire – Microscopie – Infections expérimentales  
Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.