IHPE – ROQUIS David *

SITUATION ACTUELLE  Post-Doctorant au laboratoire « Population Epigenetics and Epigenomics » , Technischse Universität München, Munich, Allemagne
SITUATION A L’IHPE : Doctorant 2012-2015 (CV  FrançaisAnglais)
ENCADRANTS : Christoph GRUNAU & Céline COSSEAU ; EQUIPE BMC
RESEAUX SOCIAUX SCIENTIFIQUES:
TITRE DE THESE :
Contribution de l’épigénétique dans les Dauermodifikations et l’évolution adaptative chez le parasite humain Schistosoma mansoni et le corail tropical Pocillopora damicornis
MOTS CLES :
Dauermodifikations ; épigénétique ; modification d’histones ; méthylation de l’ADN ; Schistosoma mansoni ;
Pocillopora damicornis ; évolution adaptative ; héritabilité non génétique.
RESUME DE THESE :
L’origine de la variabilité phénotypique est un sujet très débattu depuis les théories de Lamarck et Darwin. Dans la vision contemporaine de l’évolution adaptative, il est communément admis que la seule source héritable de variabilité phénotypique soit d’origine génétique. Le phénotype est alors le produit du génotype sous l’influence de l’environnement. La mutation aléatoire des séquences d’ADN permet de générer de nouveaux variants phénotypiques qui sont alors soumis à la sélection naturelle. Traditionnellement, il est considéré que les caractères acquis par un individu durant sa vie, en réponse à l’environnement, ne sont pas héritables et ne jouent aucun rôle évolutif. Pourtant, il y a presque un siècle, un biologiste allemand du nom de Victor Jollos a mis en évidence que certains phénotypes peuvent être induits par des conditions environnementales particulières et persister durant quelques générations en l’absence du stimulus initial avant de disparaître progressivement. Il nomma ce phénomène Dauermodifikations, littéralement « modifications de longue durée ». Ses conclusions allaient à contre-courant des conceptions évolutives de son temps, et ont été considérées comme des artéfacts expérimentaux. Toutefois, nous sommes maintenant conscient qu’outre le code génétique, il existe également un autre mécanisme permettant une réponse héritable et pourtant flexible en réponse aux fluctuations environnementales : le code épigénétique. Au cours de cette thèse, j’ai essayé de mieux caractériser le rôle des mécanismes épigénétiques, plus précisément ceux impliqués dans la structure chromatinienne, chez deux organismes présentant des Dauermodifikations : le corail tropical Pocillopora damicornis et le parasite humain Schistosoma mansoni. Les deux objectifs principaux de cette étude sont de déterminer (I) de quelle manière l’environnement influence la structure chromatinienne (ciblée ou aléatoire) et (II) dans quelle mesure ces changements sont-ils héritables (mitotiquement ou méïotiquement). Nos résultats ont permis de mieux caractériser les épigénomes des deux organismes étudiés. Nous avons décrit la structure chromatinienne de S. mansoni au travers de la distribution de six modifications d’histones, sur deux stades développementaux. Par ailleurs, nous avons montré chez S. mansoni trois types de changements de la structure chromatinienne : (I) ciblés en réponse à l’environnement, (II) associés au génotype et (III) aléatoires. Seuls les types II et III sont héritables d’un stade développemental du parasite à un autre. Nos travaux sur P. damicornis ont permis de remarquer une structure chromatinienne inhabituelle et d’offrir une première description d’un méthylome de corail
ENSEIGNEMENT PENDANT LE SEJOUR AU LABORATOIRE:
Écologie Microbienne (L2, 96h TD et TP), Projet en Biologie (L3, 36h TD et TP), Parasitologie (M1, 8h TD)
PUBLICATIONS AU LABORATOIRE :lien