IHPE – PICARD Marion

 
 IHPE UMR 5244
Université de Perpignan via Domitia
52 Avenue Paul Alduy
F-66860 Perpignan Cedex
Tel +33(0)4-68-66-21-83
Fax +33(0)4-68-66-22-81
email : rognon@univ-perp.fr
rond-GB

SITUATION ACTUELLE : Post-doctorante à l’Institute of Science and Technology (IST) Austria, Vicoso Group, Autriche

SITUATION A L’IHPE : Doctorante de 2011 à 2015 (CV  Français  /  Anglais)
ENCADRANTS : Jérôme BOISSIER & Céline COSSEAU
EQUIPE 2EIHP
RESEAUX SOCIAUX SCIENTIFIQUES : (cliquer sur le logo) Linkedin  orcid   ResearchGate   Google-Scholar   academia  upvd-alumni  
Télécharger le CV-2016
SUJET DE THESE :
Etude des bases moléculaires du déterminisme sexuel et de la différenciation chez une espèce hétérogamétique femelle ZZ-ZW : Schistosoma mansoni.
MOTS CLES :
Déterminisme sexuel, Différenciation sexuelle, Développement, Evolution des chromosomes sexuels, Compensation de dose, Structure chromatinienne, Parasites gonochoriques, Schistosoma mansoni,  Maladies tropicales négligées, Séquençage Haut-Débit (RNA-seq., ChIP-seq.)
PROJET DE THESE :
La bilharziose est une maladie tropicale dite « négligée » qui sévit dans les pays pauvres. Elle est caractérisée par l’inflammation d’organes internes, causée par les œufs des parasites du genre Schistosoma. Du point de vue de la biologie évolutive, parmi 18000 espèces de vers parasites hermaphrodites, la centaine de Schistosomatidae est très particulière car elle est gonochorique (à sexes séparés). Ainsi, chez ces espèces, étudier les mécanismes du déterminisme sexuel et du développement autorisant la reproduction sexuée, et donc la production des œufs, présente non seulement un fort intérêt médical mais aussi un aspect de biologie évolutive fascinant.
Chez Schistosoma mansoni, le sexe des individus est génétiquement déterminé dès la fécondation, mais le dimorphisme sexuel n’apparait que dans l’hôte définitif vertébré. D’un point de vue cytogénétique, les femelles S. mansoni sont hétérogamétiques ZW. L’hétérochromosome W ne porterait aucun gène W-spécifique, et le chromosome Z n’est pas soumis à un système complet de compensation de dose. Ces caractéristiques originales soulèvent deux problématiques : 1. Quel est, ou quels sont, le(s) déterminant(s) moléculaire(s) du sexe chez S. mansoni ? 2. Quel est le statut précis de la compensation de dose chez ce parasite et les mécanismes chromatiniens impliqués?
Pour répondre à ces questions j’ai mis en place des approches complémentaires et inédites par leur aspect comparatif et développemental : parallèlement chez les deux sexes, à différents stades du cycle parasitaire, je mène actuellement une étude transcriptomique (globale et ciblée) et  une étude des marques chromatiniennes par ChIP-seq.
 ENSEIGNEMENT :
– Biologie Cellulaire (L2, CM 21h, TP 18h) / Physiologie Animale : Reproduction et Développement (L2 et L3, TP 56h), Endocrinologie (L3, TP 24h), Immunologie (L2, TP 9h) / Projet pluridisciplinaire de recherche (Master1, 8h).
DISTINCTION :
–  Financement « Burroughs Wellcome Schistosome Toolbox » avec le Dr. C.  CAFFREY, Center for Discovery and Innovation in Parasitic Diseases, UCSF, USA.
PUBLICATIONS A L’IHPE lien