IHPE – JAQUET Mathilde

IHPE UMR 5244
Université de Perpignan via Domitia
52 Avenue Paul Alduy
F-66860 Perpignan Cedex
Tel +33(0)4-68-66-20-50
Fax +33(0)4-68-66-22-81
email : mathilde.jaquet@univ-perp.fr

GRADE : Doctorante UPVD
ECOLE DOCTORALE : Perpignan ED 305 : Energie Environnement
ENCADRANTS : Olivier REY & Thierry LEFEVRE (MIVEGEC)
EQUIPE : MIA
RESPONSABILITES : Webmaster pour l’association UPVDoc  (2021-2022)

Télécharger le CV français

RESEAUX SOCIAUX SCIENTIFIQUES :

OrcidResearcher ID
et Publons
ID-HAL
ou CV-HAL
Research GateScopus
Preview
AcademiaGoogle ScholarLinked InTwitter
---Lien---Lien-

SUJET DE THESE :
Le microbiote des hôtes intermédiaires escargots et des arthropodes vecteurs de zoonoses sous contraintes génétiques et environnementales : une approche de la capacité vectorielle.

MOTS CLES :
Capacité et compétence vectorielle, microbiote, régime alimentaire, Galba truncatula, Bulinus truncatus, Aedes albopictus, Culex pipiens, maladies zoonotiques.

PROJET DE THESE :
Évaluer le risque d’émergence et de propagation des maladies infectieuses nécessite une bonne compréhension des interactions hôtes-parasites. En particulier, plusieurs virus transmis par des moustiques (arboviroses), et parasites plathelminthes, transmis par des gastropodes aquatiques, ont démontré une capacité croissante à s’étendre à de nouvelles zones géographiques. Malgré l’importance médicale de ces maladies, les sources de variation génétique et environnementale de la capacité de ces hôtes invertébrés à transmettre ces pathogènes restent méconnues. Ce manque de connaissance doit être comblé afin d’obtenir une vision complète de l’écologie et de l’évolution de ces systèmes vectoriels. Dans ce contexte, le microbiote apparaît comme un acteur crucial reliant les facteurs environnementaux, les facteurs intrinsèques des vecteurs et leur compétence.
Mon projet vise à évaluer les interactions entre l’environnement, le microbiote et la compétence vectorielle en me focalisant principalement sur le rôle de la disponibilité des nutriments et de l’alimentation. Il se concentrera sur quatre espèces vectrices : Aedes albopictus et Culex pipiens des moustiques vecteurs de nombreuses infections virales zoonotiques et deux escargots d’eau douce qui sont les principaux vecteurs de certains parasites causant de graves problèmes de santé humaine et vétérinaire : Galba truncatula et Bulinus truncatus.
Pour ce faire, je combinerai des travaux de terrain afin d’évaluer la diversité naturelle des vecteurs en terme de compétence, de microbiote, de régime alimentaire et de patrimoine génétique intrinsèque, et des expériences contrôlées au laboratoire et en mésocosmes afin d’évaluer directement les liens entre le régime alimentaire, le microbiote et la compétence.
Ces connaissances acquises serviront de base afin de mieux comprendre et prédire les conditions environnementales qui pourraient favoriser le risque d’émergence zoonotiques et par conséquent les risques de transmission de pathologies humaines et animales.

CURSUS :
2021 – Doctorat en biologie (IHPE, UPVD)
2021 Master Biologie-Santé, parcours Immunologie & Microbiologie (Université de Montpellier)
2021 Diplôme d’Etat de Docteur en Pharmacie (Université de Montpellier)
2013 Baccalauréat scientifique spécialité Sciences de la Vie et de la Terre (Lycée Aristide Maillot, Perpignan)