IHPE – VIDAL-DUPIOL Jérémie

IHPE UMR 5244
Université de Montpellier
Place Eugène Bataillon CC 80
F-34095 Montpellier Cedex 5
Tel +33(0)4-67-14-36-84
Fax +33(0)4-67-14-46-22
email: Jeremie.Vidal.Dupiol@ifremer.fr

GRADE : Chargé de Recherches Ifremer
EQUIPE : MIA
RESPONSABILITES :
Co-Responsable de l’équipe MIA
Co-Organisateur du congrès international EPIMAR2020

RESEAUX SOCIAUX SCIENTIFIQUES :

OrcidResearcher ID
et Publons
ID-HAL
ou CV-HAL
Research GateScopus
Preview
AcademiaGoogle ScholarLinked InTwitter
LienB-3165-2010-LienLien--Lien-

DOMAINE D’EXPERTISE-RECHERCHE :
Seules structures bio-construites visibles de l’espace, les récifs coralliens constituent l’un des plus vastes écosystèmes de notre planète. Souvent symbolisés par l’image d’une oasis dans le désert, ils abritent une biodiversité jamais égalée au niveau marin, et ne sont supplantés, en nombre d’espèces (mais pas de genres), que par la forêt amazonienne. Outre leur importance écologique fondamentale, les récifs coralliens jouent également un rôle majeur pour les populations humaines. Une centaine de pays, dont bon nombre sont en voie de développement, abritent des récifs dans leurs eaux territoriales, et plus de 500 millions de personnes vivent à moins de 100 km de cet écosystème. Les récifs sont le siège d’une pêche de subsistance, mais aussi source de devises et d’emplois dans le cadre des pêcheries commerciales ou de l’aquaculture. Ainsi, les récifs coralliens constituent l’un des écosystèmes les plus précieux en termes écologique mais aussi socio-économique.

Un écosystème précieux, mais malheureusement, aujourd’hui menacé par les changements globaux. En effet, depuis la révolution industrielle et la généralisation de l’utilisation des énergies fossiles, les taux de gaz à effet de serre (principalement le CO2) présents dans l’atmosphère sont en augmentation constante, avec des concentrations particulièrement élevées depuis les années 90. Ainsi, les prédictions environnementales faites aujourd’hui (augmentation de température et baisse concomitante du pH des océans notamment) laissent entrevoir des difficultés à venir pour un développement, mais surtout, un maintien durable de certaines filières aquacoles. C’est notamment le cas pour la perliculture et la culture des bénitiers, les deux organismes sur lesquels vont se concentrer mes recherches. Par exemple, l’augmentation des températures, pourraient à terme, pousser les huîtres perlières et les bénitiers hors de leurs optimums physiologiques voire, hors de leurs limites de tolérance. Cela aurait pour conséquence directe un ralentissement significatif de leur production et à terme la mise en danger de ces deux filières aquacoles.

Dans ce contexte, mes objectifs de recherches sont :
–           i) d’identifier les fonctions biologiques sous pressions environnementales
–          ii) de caractériser l’adaptabilité de ces organismes et de leurs populations
–          iii) de définir les éventuels interactions entre environnement et biominéralisation, la fonction biologique motrice de ces deux aquacultures.

Afin de répondre à ces questions dans leur globalité des approches intégratives et pluridisciplinaires sont développées. Elles consistent notamment, en l’étude du triptyque génome, épigénome, phénome et de son interaction avec l’environnement. Pour ce faire des expérimentations, aussi bien en milieu contrôlé qu’en milieu naturel sont développées, etce à des échelles spatiales (des molécules aux populations) et temporelles (du stade de vie au transgénérationnel) différentes.

PUBLICATIONS : lien